| | english | español | français |
Go to record ID

  Home|Finding Information|Record details   Printer-friendly version

Third National Report on the implementation of the Cartagena Protocol on Biosafety
Record information and status
Record ID
109526
Status
Published
Date of creation
2015-12-29 22:58 UTC (dina.abdelhakim@cbd.int)
Date of publication
2015-12-29 22:58 UTC (dina.abdelhakim@cbd.int)

This document is also available in the following languages:
Origin of report
1. Country
  • Mali
Contact officer for report
Coordinates
Mouhamadou TRAORE
Point Focal du Protocole de Cartagena
Agence de l'Environnement et du Développement Durable- Ministère de l'Environnement, de l'Assainissement et du Développement Durable
BP: 2357 Quartier du fleuve, Rue 311 Porte 328
Bamako
Mali
Phone:(223) 20 23 10 74
Fax:(223) 20 23 58 67
Email:aedd@environnement.gov.ml,traoremouha2@yahoo.fr,traoremouha@hotmail.com
Consulted stakeholders
9. Organizations/stakeholders who were consulted or participated in the preparation of this report
FR
Institut d'Economie Rurale, Université de Bamako, Institut du Sahel, Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture du Mali, Association des Organisations Paysannes Professionnelles, les Directions Nationales des Services Techniques
Submission
10. Date of submission
2015-12-24
11. Time period covered by this report
Start date
2011
11. Time period covered by this report
End date
2015
Party to the Cartagena Protocol on Biosafety
Is your country a Party to the Cartagena Protocol on Biosafety (CPB)?
  • Yes
Article 2 – General provisions
14. Has your country introduced the necessary legal, administrative and other measures for the implementation of the Protocol?
This question is relevant to indicators 1.1.1, 2.1.1, 2.1.2, and 3.1.2 of the Strategic Plan
  • A domestic regulatory framework is partially in place
15. If you indicated that a national biosafety framework exists in the above question, when did it become operational?
This question is relevant to the indicator 1.1.1 of the Strategic Plan
  • 2014
16. Which specific instruments are in place for the implementation of your national biosafety framework?
  • One or more national biosafety regulations
17. Has your country established a mechanism for the budgetary allocations of funds for the operation of its national biosafety framework?
  • Yes
18. Does your country have permanent staff to administer functions directly related to the national biosafety framework?
  • Yes
19. If you answered Yes to question 18, how many permanent staff members are in place whose functions are directly related to the national biosafety framework?
  • One
20. Has your country’s biosafety framework / laws / regulations / guidelines been submitted to the Biosafety Clearing-House (BCH)?
  • Yes
21. Here you may provide further details on the implementation of Article 2 in your country
FR
Le Chapitre I: Des Dispositions Générales de la loi n°08-042/AN-RM du 1er Décembre 2008, relative à la sécurité en Biotechnologie en République du Mali dans sa Section I: Du Champ d'Application dans son Article 1 cite:

Article 1 : La présente loi s'applique à l'importation, l'exportation, le transit, l'utilisation confinée, la libération ou la mise sur le marché de tout Organisme Génétiquement Modifié (OGM) qu'il soit destiné à être libéré dans l'environnement ou utilisé comme denrée alimentaire, aliment pour bétail ou produit de transformation, ou d'un produit dérivé d'organisme génétiquement modifié. Elle s'applique également aux OGM à double fonction pharmaceutique et alimentaire d'intérêt agricole.
Article 5 - Pharmaceuticals
22. Does your country regulate the transboundary movement, handling and use of living modified organisms (LMOs) which are pharmaceuticals?
  • Yes
23. If you answered Yes to question 22, has this information been submitted to the BCH?
  • Yes
24. Here you may provide further details on the implementation of Article 5 in your country:
FR
Article 1 : La présente loi s'applique à l'importation, l'exportation, le transit, l'utilisation confinée, la libération ou la mise sur le marché de tout Organisme Génétiquement Modifié (OGM) qu'il soit destiné à être libéré dans l'environnement ou utilisé comme denrée alimentaire, aliment pour bétail ou produit de transformation, ou d'un produit dérivé d'organisme génétiquement modifié. Elle s'applique également aux OGM à double fonction pharmaceutique et alimentaire d'intérêt agricole. 
Article 6 – Transit and Contained use
25. Does your country regulate the transit of LMOs?
This question is relevant to indicator 1.8.1 of the Strategic Plan
  • Yes
26. Does your country regulate the contained use of LMOs?
This question is relevant to indicators 1.1.2 and 1.8.2 of the Strategic Plan
  • Yes
27. If you answered Yes to questions 25 or 26, has this information been submitted to the BCH?
  • Yes
28. Here you may provide further details on the implementation of Article 6 in your country:
FR
Article 9 : Toute personne qui souhaite se livrer à l'importation, ou à la dissémination et/ou libération, ou à l'utilisation en milieu confiné ou à la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit déposer une demande écrite auprès de l'Autorité Nationale Compétente.
Article 10 : Cette demande doit être accompagnée des renseignements suivants :
- les informations énumérées à l'Annexe I de la présente loi ainsi que celles exigées par l'Autorité Nationale Compétente ;
- un rapport d'évaluation des risques que l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés peut faire courir à la santé humaine, à la diversité biologique ou à l'environnement, ainsi que les conséquences d'une dissémination involontaire et/ou libération accidentelle ;
- les informations relatives à un transfert précédent ou actuel de l'organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié à l'intérieur du pays ou dans tout autre pays ;
- les informations relatives aux autorisations déjà accordées ou refusées dans tout autre pays.
- les recommandations du Comité institutionnel public de biosécurité si la demande d'autorisation est destinée à la recherche-développement ;
- une description claire et séquentielle des étapes qui seront suivies lors de la mise en œuvre du projet, et les procédures de suivi et d'évaluation qui seront effectuées à la fin de chaque étape, ainsi que le mode d'élimination des déchets ;
- le lieu et le but pour lequel l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit être élaboré, utilisé, conservé, disséminé et/ou libéré ou commercialisé, ainsi que les conditions d'utilisation et une procédure d'étiquetage et d'emballage conformément aux dispositions prévues à l'Annexe II de la présente loi relative à l'étiquetage des produits; et
- une déclaration sur l'honneur attestant l'exactitude des informations fournies signée par le notifiant, y compris, selon le cas, un engagement de la part du fournisseur de cette information garantissant que cette information est exacte et complète.
Articles 7 to 10 – Advance Informed Agreement (AIA) and intentional introduction of LMOs into the environment
29. Has your country adopted law(s) / regulations / administrative measures for the operation of the AIA procedure of the Protocol OR a domestic regulatory framework consistent with the Protocol regarding the transboundary movement of LMOs for intentional introduction into the environment?
This question is relevant to indicators 1.1.2 and 3.1.4 of the Strategic Plan
  • Yes
30. Has your country established a mechanism for taking decisions regarding first intentional transboundary movements of LMOs for intentional introduction into the environment?
  • No
32. Has your country established legal requirements for exporters under its jurisdiction to notify in writing the competent national authority of the Party of import prior to the intentional transboundary movement of an LMO that falls within the scope of the AIA procedure?
  • No
33. Has your country established legal requirements for the accuracy of information contained in the notification?
  • No
34. Has your country ever received an application / notification regarding intentional transboundary movements of LMOs for intentional introduction into the environment?
This question is relevant to indicator 1.1.4 of the Strategic Plan
  • No
35. Has your country ever taken a decision on an application / notification regarding intentional transboundary movements of LMOs for intentional introduction into the environment?
This question is relevant to indicator 1.1.5 of the Strategic Plan
  • No
38. In the current reporting period, how many applications/notifications has your country received regarding intentional transboundary movements of LMOs for intentional introduction into the environment?
  • None
39. In the current reporting period, how many decisions has your country taken regarding intentional transboundary movements of LMOs for intentional introduction into the environment?
  • None
46. Here you may provide further details on the implementation of Articles 7-10 in your country, including measures in case of lack of scientific certainty on potential adverse effects of LMOs for intentional introduction to the environment
FR
Article 8 : Nul ne peut se livrer à l'importation, au transit, à l'utilisation en milieu confiné, à la dissémination et/ou libération ou la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés sans l'accord préalable en connaissance de cause ou une autorisation écrite de l'Autorité Nationale Compétente, selon le cas.
Article 9 : Toute personne qui souhaite se livrer à l'importation, ou à la dissémination et/ou libération, ou à l'utilisation en milieu confiné ou à la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit déposer une demande écrite auprès de l'Autorité Nationale Compétente.
Article 10 : Cette demande doit être accompagnée des renseignements suivants :
- les informations énumérées à l'Annexe I de la présente loi ainsi que celles exigées par l'Autorité Nationale Compétente ;
- un rapport d'évaluation des risques que l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés peut faire courir à la santé humaine, à la diversité biologique ou à l'environnement, ainsi que les conséquences d'une dissémination involontaire et/ou libération accidentelle ;
- les informations relatives à un transfert précédent ou actuel de l'organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié à l'intérieur du pays ou dans tout autre pays ;
- les informations relatives aux autorisations déjà accordées ou refusées dans tout autre pays.
- les recommandations du Comité institutionnel public de biosécurité si la demande d'autorisation est destinée à la recherche-développement ;
- une description claire et séquentielle des étapes qui seront suivies lors de la mise en œuvre du projet, et les procédures de suivi et d'évaluation qui seront effectuées à la fin de chaque étape, ainsi que le mode d'élimination des déchets ;
- le lieu et le but pour lequel l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit être élaboré, utilisé, conservé, disséminé et/ou libéré ou commercialisé, ainsi que les conditions d'utilisation et une procédure d'étiquetage et d'emballage conformément aux dispositions prévues à l'Annexe II de la présente loi relative à l'étiquetage des produits; et
- une déclaration sur l'honneur attestant l'exactitude des informations fournies signée par le notifiant, y compris, selon le cas, un engagement de la part du fournisseur de cette information garantissant que cette information est exacte et complète.
Article 11 : Toute personne souhaitant importer un organisme génétiquement modifié ou un produit d'organismes génétiquement modifiés directement destiné à l'alimentation humaine ou animale ou à la transformation, doit soumettre à l'Autorité Nationale Compétente une demande écrite mentionnant les informations disponibles au Centre d'Echange.
Article 11 – Procedure for living modified organisms intended for direct use as food or feed, or for processing (LMOs-FFP)
47. Has your country adopted specific law(s) or regulation(s) for decision-making regarding domestic use, including placing on the market, of LMOs-FFP?
This question is relevant to indicator 1.1.2 of the Strategic Plan
  • Yes
48. Has your country established legal requirements for the accuracy of information to be provided by the applicant?
  • Yes
49. Has your country established a mechanism to ensure that decisions regarding LMOs-FFP that may be subject to transboundary movement will be communicated to the Parties through the BCH?
This question is relevant to indicator 3.1.5 of the Strategic Plan
  • Yes
50. Has your country established a mechanism for taking decisions on the import of LMOs-FFP?
This question is relevant to indicator 1.1.2 of the Strategic Plan
  • Yes
51. Has your country indicated its needs for financial and technical assistance and capacity-building in respect of LMOs-FFP?
This question is relevant to indicator 1.2.1 of the Strategic Plan
  • Yes
52. Has your country ever taken a decision on LMOs-FFP (either on import or domestic use)?
  • No
58. Here you may provide further details on the implementation of Article 11 in your country, including measures in case of lack of scientific certainty on potential adverse effects of LMOs-FFP
FR
Article 8 : Nul ne peut se livrer à l'importation, au transit, à l'utilisation en milieu confiné, à la dissémination et/ou libération ou la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés sans l'accord préalable en connaissance de cause ou une autorisation écrite de l'Autorité Nationale Compétente, selon le cas.
Article 9 : Toute personne qui souhaite se livrer à l'importation, ou à la dissémination et/ou libération, ou à l'utilisation en milieu confiné ou à la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit déposer une demande écrite auprès de l'Autorité Nationale Compétente.
Article 10 : Cette demande doit être accompagnée des renseignements suivants :
- les informations énumérées à l'Annexe I de la présente loi ainsi que celles exigées par l'Autorité Nationale Compétente ;
- un rapport d'évaluation des risques que l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés peut faire courir à la santé humaine, à la diversité biologique ou à l'environnement, ainsi que les conséquences d'une dissémination involontaire et/ou libération accidentelle ;
- les informations relatives à un transfert précédent ou actuel de l'organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié à l'intérieur du pays ou dans tout autre pays ;
- les informations relatives aux autorisations déjà accordées ou refusées dans tout autre pays.
- les recommandations du Comité institutionnel public de biosécurité si la demande d'autorisation est destinée à la recherche-développement ;
- une description claire et séquentielle des étapes qui seront suivies lors de la mise en œuvre du projet, et les procédures de suivi et d'évaluation qui seront effectuées à la fin de chaque étape, ainsi que le mode d'élimination des déchets ;
- le lieu et le but pour lequel l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit être élaboré, utilisé, conservé, disséminé et/ou libéré ou commercialisé, ainsi que les conditions d'utilisation et une procédure d'étiquetage et d'emballage conformément aux dispositions prévues à l'Annexe II de la présente loi relative à l'étiquetage des produits; et
- une déclaration sur l'honneur attestant l'exactitude des informations fournies signée par le notifiant, y compris, selon le cas, un engagement de la part du fournisseur de cette information garantissant que cette information est exacte et complète.
Article 11 : Toute personne souhaitant importer un organisme génétiquement modifié ou un produit d'organismes génétiquement modifiés directement destiné à l'alimentation humaine ou animale ou à la transformation, doit soumettre à l'Autorité Nationale Compétente une demande écrite mentionnant les informations disponibles au Centre d'Echange.
Article 12 – Review of decision
59. Has your country established a mechanism for the review and change of a decision regarding an intentional transboundary movement of LMOs?
  • Yes
60. Has your country ever received a request for a review of a decision?
  • No
61. Has your country ever reviewed / changed a decision regarding an intentional transboundary movement of LMOs?
  • No
62. In the current reporting period, how many decisions were reviewed and/or changed regarding an intentional transboundary movement of an LMO?
  • None
66. Here you may provide further details on the implementation of Article 12 in your country
FR
Article 17 : L'Autorité Nationale Compétente doit s'assurer que l'importation, le transit, l'utilisation en milieu confiné, la dissémination et/ou libération ou la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou du produit d'organismes génétiquement modifiés ne s'effectue qu'après l'obtention d'une autorisation préalable par écrit.
Article 18 : L'Autorité Nationale Compétente doit évaluer l'information présentée par le demandeur ou disponible au Centre d'Echange. Selon le cas, elle peut décider :
- de demander d'autres informations pour faciliter la prise de décision ;
- de donner suite à la demande ;
- de donner suite à la demande mais uniquement dans les conditions qu'elle aura déterminées ; ou
- de ne pas donner une suite à la demande.
Article 19 : L'Autorité Nationale Compétente doit notifier au demandeur par écrit et informer le public des décisions prises, avec ampliation au Centre d'Echange dans un délai minimum de quatre vingt dix (90) jours à compter de la date de la réception de la demande.
Article 20 : L'Autorité Nationale Compétente peut, avant de prendre une décision, exiger d'autres  informations qu'elle jugera nécessaires. Tout demandeur qui ne communiquera pas les informations additionnelles requises sera considéré comme ayant retiré sa demande.                               
Article 13 – Simplified procedure
67. Has your country established a system for the application of the simplified procedure regarding an intentional transboundary movement of LMOs?
  • Yes
68. Has your country ever applied the simplified procedure?
  • No
70. In the current reporting period, how many LMOs has your country applied the simplified procedure to?
  • None
71. Here you may provide further details on the implementation of Article 13 in your country
FR
Article 22 : La procédure simplifiée permet à la partie importatrice, sous réserve que des mesures adéquates soient appliquées pour assurer le mouvement transfrontière intentionnel sans danger d'organismes vivants modifiés conformément à l'objectif du protocole, de spécifier à l'avance au Centre d'Echange pour la prévention des risques biotechnologiques :
a) les cas où un mouvement transfrontalier intentionnel dont elle est la destination peut avoir lieu au moment même où le mouvement lui est notifié ;
b) les importations d'organismes vivants modifiés exemptés de la procédure d'accord préalable en connaissance de cause.
Les notifications visées en alinéa a) ci-dessus peuvent valoir pour des mouvements similaires ultérieurs à destination de la même Partie.
Article 14 – Bilateral, regional and multilateral agreements and arrangements
72. Has your country entered into any bilateral, regional or multilateral agreements or arrangements?
  • Yes
73. If you answered Yes to question 72, how many LMO-related collaborative bilateral/multilateral arrangements has your country established with other Parties/non-Parties?
This question is relevant to indicator 1.2.8 of the Strategic Plan
  • 5 or more
74. If you answered Yes to question 72, has your country informed the Parties through the BCH of the agreements or arrangements?
This question is relevant to indicator 3.1.5 of the Strategic Plan
  • Yes, always
75. If you answered Yes to question 72, please provide a brief description of the scope and objective of the agreements or arrangements entered into
FR
PROOGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE (PRB-UEMOA)
1. INTRODUCTION
Adopté en avril 2007, le Programme Régional de Biosécurité de l'UEMOA (PRB/UEMOA) qui concerne les 08 pays de l'espace UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo) a pour objectif : «élaborer et mettre en œuvre un cadre juridique communautaire de biosécurité pour permettre aux États membres de l'UEMOA de faire face à leurs obligations vis-à-vis du Protocole de Cartagena sur la Prévention des risques liés aux OVM». L'atteinte de cet objectif passe par la réalisation des trois résultats suivants correspondant aux trois composantes du programme :
A.les méthodologies communes d'évaluation et de gestion des risques sont appliquées dans les pays membres de l'UEMOA
B.le dispositif institutionnel de mise en œuvre du cadre juridique communautaire de biosécurité est opérationnel ;
C.les capacités des Etats membres sont renforcées en vue de la mise en œuvre de la règlementation communautaire de biosécurité au niveau national.
2.ETAT D'EXECUTION DES ACTIVITES
Les principales réalisations effectuées au profit du Mali depuis le démarrage effectif du Programme en 2009, s'inscrivent dans les résultats A et C. A ce titre, l'on retiendra :
l'appui au laboratoire national de biosécurité en équipements pour un montant cumulé de près de trois cent millions  (300 000 000) F CFA dans chaque Etat;
la mise à la disposition de chaque pays d'une subvention quarante quatre millions  (44 000 000) de francs FCFA pour l'équipement de la Coordination du projet dans les pays, la formation des organes du Comité National de Biosécurité et un état des lieux de la présence des OGM dans chaque pays,
la formation d'une dizaine de cadres (chercheurs, juristes, communicateurs) comme formateurs chargés de dupliquer les connaissances acquises sur les biotechnologies et la biosécurité au profit d'un plus grand nombre d'acteurs dans le pays ;
la participation des cadres concernés par les questions de biosécurité à toutes les réunions régionales organisées par la Commission de l'UEMOA.
le financement d'un voyage d'études au profit du point focal national du programme aux Etats Unis et au Canada.
3.Récapitulatif des noms de personne ayant participé aux différentes sessions de formations en Biosécurité organisé par UEMOA
Date Prénom et Nom 1er au 14 Nov.Bobo1 02 au 10 Déc.Bobo2 13 au 17 Fév.Lomé 12 au 16 Mars. Bko 02 au 06 avril .Bissau TOTAL
Bréhima Dembélé  1
Halima Mallé  1
Dramane Diarra   2
Seydou Sanogo  1
Adama Keita  1
Aly Boubacar Touré  1
Diarah Guindo   2
Dommo Timbély      5
Diariatou Diagne      5
Mohamed Coulibaly   2
Ali Dioni  1
Oumou Traoré   2

TOTAL 2 6 2 9 5 24

Session 1 : ATELIER REGIONAL DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE BIOSECURITE DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA : Méthodes de détection/identification des OGM. Bobo-Dioulasso du 01 au 10 Novembre 2011

Session 2 : ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA SUR « LE PROTOCOLE DE NAGOYA KUALA-LUMPUR ET LE DROIT DE PROPRIETE INTELLECTUELLE ».  Guinée-Bissau, 02 au 06 avril

Session 3 : ATELIER REGIONAL OUEST AFRICAIN DE FORMATION SUR LA REGLEMENTATION, LA DOCUMENTATION, LE CONTROLE ET L'INSPECTION EN MATIERE DE BIOSECURITE. Bobo-Dioulasso du 02 au 10 décembre 2011

Session 4 : L'ATELIER REGIONAL OUEST AFRICAIN DE FORMATION SUR LA COMMUNICATION, L'EDUCATION, LA SENSIBILISATION ET LA PARTICIPATION DU PUBLIC A LA PRISE DE DECISION SUR LES OGM. Du 13 au 17 Février 2012 à Lomé au Togo,

Session 5 : RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE BIOSECURITE DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA SUR L'APPROCHE EN MATIERE DE BIOSECURITE « EVALUATION, IDENTIFICATION, ANALYSE, ET GESTION DES RISQUES, PROCEDURES DE DECISION », Bamako du 12 au 16 mars 2012.
76. Here you may provide further details on the implementation of Article 14 in your country
FR
Dans le cadre de la mise en œuvre d'une Réglementation Communautaire de Biosécurité dans l'espace UEMOA, CILSS et CEDEAO du Programme Régional de Biosécurité (PRB-UEMOA), du 02 au 03 février 2015, s'est tenue à Ouagadougou (Burkina Faso), la réunion des Experts sectoriels sur l'avant-projet de règlement portant sur la prévention des risques biotechnologiques en Afrique de l'Ouest.
Cette réunion avait pour objectif d'examiner et d'enrichir l'avant-projet de règlement portant sur la prévention des risques biotechnologiques en vue de sa validation par les Ministres sectoriels.
Ont pris part à cette réunion, les représentants des Etats membres de l'UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo), les représentants de la Commission de l'UEMOA, de la Commission de la CEDEAO, du CILSS, du CORAF, de l'UICN et ceux de la Société civile (COPAGEN, RECAO, ROPPA, APROCA).
La réunion des Experts Nationaux a été suivie le 05 février 2015 par celle des Ministres Sectoriels en charge de l'Environnement, de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche et de l'Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique représentants les Etats membres de l'UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo), les représentants de la Commission de l'UEMOA (l'avant projet de règlement est joint en annexe du document).
Articles 15 & 16 – Risk Assessment and Risk Management
77. Has your country established a national framework for conducting risk assessments prior to taking decisions regarding LMOs?
  • Yes
78. If you answered Yes to question 77, does this framework include procedures for identifying and/or training national experts to conduct risk assessments?
  • Yes
79. How many people in your country have been trained in risk assessment, monitoring, management and control of LMOs?
This question is relevant to indicator 2.2.3 of the Strategic Plan
a) Risk assessment:
  • 10 or more
b) Management / Control:
  • 10 or more
c) Monitoring:
  • 10 or more
80. Is your country using training material and/or technical guidance for training in risk assessment and risk management of LMOs?
This question is relevant to indicator 2.2.5 of the Strategic Plan
  • Yes
81. Is your country using the "Manual on Risk Assessment of LMOs" (developed by CBD Secretariat) for training in risk assessment?
This question is relevant to indicator 2.2.5 of the Strategic Plan
  • Yes
82. Is your country using the "Guidance on Risk Assessment of LMOs" (developed by the Online Forum and the AHTEG on Risk Assessment and Risk Management) for training in risk assessment?
This question is relevant to indicator 2.2.5 of the Strategic Plan
  • No
83. Are the currently available training materials or technical guidance on risk assessment and/or risk management of LMOs sufficient?
This question is relevant to indicator 2.2.6 of the Strategic Plan
  • Yes
84. Does your country have the capacity to detect, identify, assess and/or monitor living modified organisms or specific traits that may have adverse effects on the conservation and sustainable use of biological diversity, taking into account risks to human health?
This question is relevant to indicators 1.4.2 and 1.6.3 of the Strategic Plan
a) Detect:
  • Yes
b) Identify:
  • Yes
c) Assess:
  • Yes
d) Monitor:
  • Yes
85. Has your country adopted or used any guidance documents for the purpose of conducting risk assessment or risk management, or for evaluating risk assessment reports submitted by notifiers?
This question is relevant to indicators 1.3.1 of the Strategic Plan
a) Risk assessment:
  • Yes
b) Risk management:
  • Yes
86. Is your country using the "Guidance on Risk Assessment of LMOs" (developed by the Online Forum and the AHTEG on Risk Assessment and Risk Management) for conducting risk assessment or risk management, or for evaluating risk assessment reports submitted by notifiers?
This question is relevant to indicator 2.2.5 of the Strategic Plan
  • No
87. Has your country adopted any common approaches to risk assessment with other countries?
This question is relevant to indicator 1.3.2 of the Strategic Plan
  • Yes
88. Has your country cooperated with other Parties with a view to identifying LMOs or specific traits that may have adverse effects on the conservation and sustainable use of biological diversity?
This question is relevant to indicator 1.4.1 of the Strategic Plan
  • Yes
89. Has your country ever conducted a risk assessment of an LMO including any type of risk assessment of LMOs, e.g. for contained use, field trials, commercial purposes, direct use as food, feed, or for processing?
This question is relevant to indicator 1.3.3 of the Strategic Plan
  • No
94. Has your country taken measures to ensure that any LMO, whether imported or locally developed, undergoes an appropriate period of observation that is commensurate with its life-cycle or generation time before it is put to its intended use?
  • Yes, to some extent
Here you may provide further details
FR
Article 23 : Pour obtenir une autorisation d'importer, faire transiter, utiliser en milieu confiné,  disséminer et/ou libérer ou mettre sur le marché un organisme génétiquement modifié, le demandeur doit continuellement  effectuer une étude pour contrôler et évaluer les risques pendant une période équivalente au cycle de vie des espèces, conformément aux directives définies par l'Autorité Nationale Compétente.
Article 24 : Aucune autorisation ne pourra être accordée si la preuve n'est pas établie que l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés est sans risque significatif pour la santé humaine, la diversité biologique ou l'environnement.
Article 25 : Dans l'éventualité de dommages graves ou irréversibles, l'application du principe de précaution doit être de règle.
95. Has your country established a mechanism for monitoring potential effects of LMOs that are released into the environment?
  • Yes, to some extent
Here you may provide further details
FR
CHAPITRE VI : DE LA DISSEMINATION INVOLONTAIRE ET/OU LIBERATION ACCIDENTELLE ET DES MESURES D'URGENCE, avec les articles 43, 44 et 45.
96. Does your country have the infrastructure (e.g. laboratory facilities) for monitoring or managing LMOs?
This question is relevant to indicator 2.2.4 of the Strategic Plan
  • Yes
97. Here you may provide further details on the implementation of Articles 15 and 16 in your country
FR
SECTION I : DE L'EVALUATION DES RISQUES
Article 31 : Le demandeur doit effectuer ou faire effectuer une évaluation de tous les risques que peut causer un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié pour lequel il/elle demande l'autorisation d'importer, faire transiter, utiliser en milieu confiné, disséminer et/ou libérer ou mettre sur le marché.
Article 32 : Aucune décision sur une demande d'importer, de faire transiter, utiliser en milieu confiné, disséminer et/ou libérer ou mettre sur le marché un organisme génétiquement modifié ou le produit d'un organisme génétiquement modifié ne peut être prise par l'Autorité Nationale Compétente sans qu'une évaluation des risques pour la santé humaine et animale, la diversité biologique et l'environnement en général n'ait  été effectuée, notamment sur les conditions socio-économiques et les normes culturelles. 
Article 33 : L'évaluation des risques que peut causer un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié doit se faire au cas par cas et conformément aux dispositions de l'Annexe III de la présente loi par le demandeur ou l'Autorité Compétente au besoin.
Article 34 : L'Autorité Nationale Compétente doit examiner ou faire examiner le rapport d'évaluation des risques ainsi que les résultats de l'évaluation avant de prendre une décision sur la demande d'importer, faire transiter, utiliser en milieu confiné, dissémination/libération ou mettre sur le marché un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié.
Article 35 : Au cas où l'examen du rapport d'évaluation montre que les risques sont inévitables, l'Autorité Nationale Compétente ne doit pas autoriser l'importation, le transit, l'utilisation en milieu confiné, la dissémination/libération ou la mise sur le marché de l'organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié.
Article 36 : En cas de refus d'autorisation tel que mentionné à l'Article 35 ci-dessus, tout brevet ou demande de brevet lié à un organisme génétiquement modifié ou un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés ne sera pas reconnu ou sera rejeté, selon le cas.
Article 37 : L'Autorité Nationale Compétente peut exiger du demandeur qu'il supporte les coûts de l'examen du rapport d'évaluation des risques ou à l'évaluation des risques, le cas échéant.
Article 38 : Toute personne qui participe à l'évaluation des risques relatifs à un sujet dans lequel elle a des intérêts directs ou indirects quelconques, doit le déclarer et se retirer du processus d'évaluation.
Article 39 : S'il n'est pas possible de conduire une évaluation des risques libre de toute dépendance à l'égard des intérêts des producteurs ou s'il n'est pas possible de vérifier que l'évaluation des risques a été conduite de manière indépendante, l'Autorité Nationale Compétente peut rejeter la demande.
SECTION II: DE LA GESTION DES RISQUES

Article 40 : L'Autorité Nationale Compétente doit mettre sur pied, entretenir et utiliser en cas de besoin, une stratégie de gestion de risques, en vue de protéger la santé humaine et animale, la diversité biologique et l'environnement en général contre les accidents pouvant survenir dans l'ingénierie génétique, l'utilisation d'organismes génétiquement modifiés ou des produits des organismes génétiquement modifiés.

Article 41 : L'Autorité Nationale Compétente doit imposer les mesures nécessaires pour la mise en application des dispositions de l'Annexe IV de la présente loi et visant à éviter les effets néfastes d'un organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié sur la santé humaine et animale, la diversité biologique et l'environnement en général, notamment sur les conditions  socio-économiques.

Article 42 : Sans préjudice des articles 40 et 41, l'Autorité Nationale Compétente peut :

- demander que tout organisme génétiquement modifié soit soumis à une période d'observation pour étudier son cycle de vie ou sa période de génération, aux frais du demandeur, avant et/ou après toute utilisation ;

- interdire l'importation, le transit, l'utilisation en milieu confiné, la dissémination/libération ou la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié, s'il a des caractéristiques ou s'il constitue une menace spécifique entraînent des risques inacceptables pour la santé humaine et animale, la diversité biologique, l'environnement, les conditions socio-économiques et les normes culturelles ;

- ordonner l'arrêt de toute activité entreprise ou utilisation faite en violation des dispositions prévues par la présente loi ou de toute décision prise conformément à la loi ;

- ordonner l'arrêt de toute activité ou utilisation impliquant un organisme génétiquement modifié ou le produit d'un organisme génétiquement modifié dont les risques sur la santé humaine et animale, la diversité biologique et l'environnement sont connus ;

- Exiger de la personne responsable de toute activité prévue par la présente loi qu'elle prenne toutes les mesures nécessaires pour prévenir les menaces pour la santé humaine et animale, la diversité biologique, l'environnement en général, ou les conditions socio-économiques et culturelles, ou de rétablir autant que possible l'environnement dans son état initial ;

- prendre toutes les mesures nécessaires, aux frais de toute personne responsable, au cas où elle  manque aux obligations en matière de sécurité prescrites par l'Autorité Nationale Compétente ;

- prendre toutes les mesures nécessaires en cas de danger réel et grave pour la santé humaine et animale, la diversité biologique et l'environnement en général, les conditions socio-économiques et culturelles ou l'ordre public causé par un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié, aux frais de la personne responsable dudit danger ; et 

- exiger du demandeur qu'il soumette des rapports périodiques sur le contrôle et l'évaluation des risques menés après l'autorisation d'importer, faire transiter, utiliser en milieu confiné, disséminer et/ou libérer ou mettre sur le marché un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié ;

- évaluer et, au besoin interdire, l'importation, le transit, l'utilisation en milieu confiné ou la dissémination/libération d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié qui pourrait être utilisé à des fins hostiles.
Article 17 – Unintentional transboundary movements and emergency measures
98. Has your country established and maintained appropriate measures to prevent unintentional transboundary movements of LMOs?
  • Yes
99. Has your country established a mechanism for addressing emergency measures in case of unintentional transboundary movements of LMOs that are likely to have significant adverse effect on biological diversity?
  • Yes
100. Does your country have the capacity to take appropriate measures in the event that an LMO is unintentionally released?
This question is relevant to indicator 1.8.3 of the Strategic Plan
  • No
101. In the current reporting period, how many times has your country received information concerning occurrences that led, or may have led, to unintentional transboundary movement(s) of one or more LMOs to or from territories under its jurisdiction?
  • Never
105. Here you may provide further details on the implementation of Article 17 in your country
FR
CHAPITRE VI : DE LA DISSEMINATION INVOLONTAIRE ET/OU LIBERATION ACCIDENTELLE ET DES MESURES D'URGENCE.
Article 43 Pour gérer toute dissémination involontaire et/ou libération accidentelle et toute situation d'urgence résultant d'un accident dû à un organisme génétiquement modifié ou à un produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié, l'Autorité Nationale Compétente doit, au besoin, s'assurer que:
- Un plan d'urgence est élaboré pour assurer, en cas d'accident, la protection de la santé humaine et animale, de la diversité biologique et l'environnement en général en dehors de la zone où a été libéré ou utilisé en milieu confiné l'organisme, et que les services d'urgence compétents sont conscients des risques et en soient dûment informés par écrit ; et
- les informations sur les mesures et les consignes de sécurité à adopter en cas d'accident sont mises à la disposition des personnes qui peuvent être affectées par l'accident, par le demandeur. Ces informations doivent être mises à jour et rendues disponibles périodiquement. Elles doivent également être mises à la disposition du public.
Article 44: En cas d'accident, le demandeur doit immédiatement informer l'Autorité Nationale Compétente dans les plus brefs délais et communiquer les informations suivantes :
- les circonstances de l'accident ;
- l'identité et la quantité de l'organisme génétiquement modifié ou de produits dérivés d'organismes génétiquement modifiés libérés accidentellement ;
- toutes les mesures et informations nécessaires prises pour évaluer les conséquences de l'accident sur la santé humaine et animale, la biodiversité et l'environnement en général ; et
- les mesures d'urgence prises ou à prendre.
Article 45 : Dès la réception de l'information prévue à l'article 44, l'Autorité Nationale Compétente doit :
- s'assurer que toutes les mesures possibles ont été prises pour neutraliser les risques pour la santé humaine, la diversité biologique et l'environnement en général ; et
- informer les organisations gouvernementales et non gouvernementales compétentes dans les pays pouvant être affectés, ainsi que le Centre d'Echange sur la biosécurité.
Article 18 – Handling, transport, packaging and identification
106. Has your country taken measures to require that LMOs that are subject to transboundary movement are handled, packaged and transported under conditions of safety, taking into account relevant international rules and standards?
  • Yes
107. Has your country taken measures to require that documentation accompanying LMOs-FFP clearly identifies that, in cases where the identity of the LMOs is not known through means such as identity preservation systems, they may contain living modified organisms and are not intended for intentional introduction into the environment, as well as a contact point for further information?
This question is relevant to indicator 1.6.1 of the Strategic Plan
  • Yes
108. Has your country taken measures to require that documentation accompanying LMOs-FFP clearly identifies that, in cases where the identity of the LMOs is known through means such as identity preservation systems, they contain living modified organisms and are not intended for intentional introduction into the environment, as well as a contact point for further information?
This question is relevant to indicator 1.6.1 of the Strategic Plan
  • Yes
109. If you answered Yes or Yes, to some extent to question(s) 107 and/or 108, what type of documentation does your country require for the identification of LMOs-FFP?
  • Existing types of documentation
110. Has your country taken measures to require that documentation accompanying LMOs that are destined for contained use clearly identifies them as living modified organisms and specifies any requirements for the safe handling, storage, transport and use, the contact point for further information, including the name and address of the individual and institution to whom the LMO are consigned?
This question is relevant to indicator 1.6.2 of the Strategic Plan
  • Yes
111. If you answered Yes or Yes, to some extent to question 110, what type of documentation does your country require for the identification of LMOs that are destined for contained?
  • Existing or a stand-alone document
112. Has your country taken measures to require that documentation accompanying LMOs that are intended for intentional introduction into the environment of the Party of import, clearly identifies them as living modified organisms; specifies the identity and relevant traits and/or characteristics, any requirements for the safe handling, storage, transport and use, the contact point for further information and, as appropriate, the name and address of the importer and exporter; and contains a declaration that the movement is in conformity with the requirements of this Protocol applicable to the exporter?
This question is relevant to indicator 1.6.2 of the Strategic Plan
  • Yes
113. If you answered Yes or Yes, to some extent to question 112, what type of documentation does your country require for the identification of LMOs that are intended for intentional introduction into the environment?
  • A stand-alone document
114. Does your country have available any guidance for the purpose of ensuring the safe handling, transport, and packaging of living modified organisms?
This question is relevant to indicator 1.6.4 of the Strategic Plan
  • Yes
115. Does your country have the capacity to enforce the requirements of identification and documentation of LMOs?
  • Yes
116. How many customs officers in your country have received training in the identification of LMOs?
This question is relevant to indicator 2.3.1 of the Strategic Plan
  • 10 or more
117. Has your country established procedures for the sampling and detection of LMOs?
  • No
118. How many laboratory personnel in your country have received training in detection of LMOs?
This question is relevant to indicator 2.3.1 of the Strategic Plan
  • 10 or more
119. Does your country have reliable access to laboratory facilities for the detection of LMOs?
This question is relevant to indicator 2.3.2 of the Strategic Plan
  • Yes
120. How many laboratories in your country are certified for LMO detection?
This question is relevant to indicator 2.3.3 of the Strategic Plan
  • One or more
121. How many of the certified laboratories in the previous question are currently operating in the detection of LMOs?
This question is relevant to indicator 2.3.4 of the Strategic Plan
  • One or more
122. Here you may provide further details on the implementation of Article 18 in your country:
FR
CHAPITRE III : DE LA NOTIFICATION
Article 8 : Nul ne peut se livrer à l'importation, au transit, à l'utilisation en milieu confiné, à la dissémination et/ou libération ou la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés sans l'accord préalable en connaissance de cause ou une autorisation écrite de l'Autorité Nationale Compétente, selon le cas.
Article 9 : Toute personne qui souhaite se livrer à l'importation, ou à la dissémination et/ou libération, ou à l'utilisation en milieu confiné ou à la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit déposer une demande écrite auprès de l'Autorité Nationale Compétente.
Article 10 : Cette demande doit être accompagnée des renseignements suivants :
- les informations énumérées à l'Annexe I de la présente loi ainsi que celles exigées par l'Autorité Nationale Compétente ;
- un rapport d'évaluation des risques que l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés peut faire courir à la santé humaine, à la diversité biologique ou à l'environnement, ainsi que les conséquences d'une dissémination involontaire et/ou libération accidentelle ;
- les informations relatives à un transfert précédent ou actuel de l'organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié à l'intérieur du pays ou dans tout autre pays ;
- les informations relatives aux autorisations déjà accordées ou refusées dans tout autre pays.
- les recommandations du Comité institutionnel public de biosécurité si la demande d'autorisation est destinée à la recherche-développement ;
- une description claire et séquentielle des étapes qui seront suivies lors de la mise en œuvre du projet, et les procédures de suivi et d'évaluation qui seront effectuées à la fin de chaque étape, ainsi que le mode d'élimination des déchets ;
- le lieu et le but pour lequel l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit être élaboré, utilisé, conservé, disséminé et/ou libéré ou commercialisé, ainsi que les conditions d'utilisation et une procédure d'étiquetage et d'emballage conformément aux dispositions prévues à l'Annexe II de la présente loi relative à l'étiquetage des produits; et
- une déclaration sur l'honneur attestant l'exactitude des informations fournies signée par le notifiant, y compris, selon le cas, un engagement de la part du fournisseur de cette information garantissant que cette information est exacte et complète.
Article 11 : Toute personne souhaitant importer un organisme génétiquement modifié ou un produit d'organismes génétiquement modifiés directement destiné à l'alimentation humaine ou animale ou à la transformation, doit soumettre à l'Autorité Nationale Compétente une demande écrite mentionnant les informations disponibles au Centre CHAPITRE VII : DE L'IDENTIFICATION ET DE L'ETIQUETAGE

Article 46 : Tout organisme génétiquement modifié ou produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié doit être clairement identifié et étiqueté en tant que tel. L'identification doit spécifier les détails des traits et caractéristiques pertinents pour assurer sa traçabilité.

Article 47: Tout organisme génétiquement modifié ou tout produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié doit être clairement étiqueté et emballé avec les mentions prévus dans l'Annexe II, partie C, et conformément à toutes les autres obligations, le cas échéant, imposées par l'Autorité Nationale Compétente, en vue d'indiquer si le produit et /ou dérivé d'un organisme génétiquement modifié et, le cas échéant, s'il peut éventuellement provoquer des allergies ou causer d'autres risques. 
Article 19 – Competent National Authorities and National Focal Points
123. In case your country has designated more than one competent national authority, has your country established a mechanism for the coordination of their actions prior to taking decisions regarding LMOs?
  • Yes
124. Has your country established adequate institutional capacity to enable the competent national authority(ies) to perform the administrative functions required by the Cartagena Protocol on Biosafety?
  • Yes
125. Here you may provide further details on the implementation of Article 19 in your country
FR
le Point Focal, Correspondant National est nommé  et assure le rôle de point de contact avec le Secrétarariat du Protocole de Cartagena;
Le Ministre en charge de l'Environnement est l'Autorité Nationale Compétente;
L'Assemblée Nationale du Mali en sa session du 1er décembre 2008, a adopté la Loi N°08-042/AN-RM sur la Sécurité en Biotechnologie au Mali. Le 30 décembre 2010, le Conseil des Ministres a pris deux (02) Décrets d'application de cette loi. Il s'agit :
• Du Décret N°10-682/P-RM du 30 Décembre 2010 déterminant les modalités d'expérimentation des organismes génétiquement modifiés (OGM) au Mali ;
• Annexe au Décret N°10-682/P-RM DU 30 DECEMBRE 2010 déterminant les modalités d'expérimentation des Organismes Génétiquement Modifiés;
Du Décret N°10-683/P-RM du 30 Décembre 2010 fixant les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement du Comité National de Biosécurité du Mali;
Du projet d'Arrêté N°2015-1426/MEADD-SG DU 22 MAI 2015 sur les Commissions Spécialisées ( Evaluation et Gestion des Risques, Participation du Public, Juridique et Réglementation) en cours de signature par les ministres sectoriels;
Le Projet d'Arrêté Interministériel fixant la Qualification, les Attributions et les Modalités de désignation des Inspecteurs de Biosécurité est dans le circuit Gouvernemental pour sa signature par les Ministres concerné et devrait être disponible d'ici la fin de l'année 2015.
Le 04 Septembre 2015, le Gouvernement du Mali lors du Conseil des Ministre à procédé à l'adoption du projet de texte relatif à la ratification du Protocole Additionnel Nagoya-Kuala Lumpur sur la responsabilité et la Réparation, relatif au Protocole de Cartagena sur la Prévention des Risques Biotechnologiques, adopté par la Conférence des Parties, réunies à Nagoya (Japon).
Les consultations par la Commission Environnement et Développement Rural ont commencé et l''Assemblée Nationale du Mali a ratifiée le mercredi 16 décembre 2015 le Protocole Additionel de Nagoya Kuala-Lumpur sur la responsabilité et la réparation, relatif au Protocole de Cartagena sur la Prévention des Risques Biotechnologiques, adopté par la conférence des Parties, réunies à Nagoya (Japon). .
Ainsi, le Mali dispose désormais d'une législation nationale sur la prévention des risques liés à l'utilisation des Organismes Génétiquement Modifiés et de leurs produits dérivés.
Article 20 – Information Sharing and the Biosafety Clearing-House (BCH)
126. Please provide an overview of the status of the mandatory information provided by your country to the BCH by specifying for each category of information whether it is available and whether it has been submitted to the BCH.
This question is relevant to indicator 3.1.5 of the Strategic Plan
b) National laws, regulations and guidelines applicable to the import of LMOs intended for direct use as food or feed, or for processing (Article 11, paragraph 5)
  • Information available but only partially available in the BCH
h) Illegal transboundary movements of LMOs (Article 25, paragraph 3)
  • Information available and in the BCH
i) Final decisions regarding the importation or release of LMOs (i.e. approval or prohibition, any conditions, requests for further information, extensions granted, reasons for decision) (Articles 10, paragraph 3 and 20, paragraph 3(d))
  • Information available and in the BCH
j) Information on the application of domestic regulations to specific imports of LMOs (Article 14, paragraph 4)
  • Information available and in the BCH
k) Final decisions regarding the domestic use of LMOs that may be subject to transboundary movement for direct use as food or feed, or for processing (Article 11, paragraph 1)
  • Information available and in the BCH
l) Final decisions regarding the import of LMOs intended for direct use as food or feed, or for processing that are taken under domestic regulatory frameworks (Article 11, paragraph 4) or in accordance with annex III (Article 11, paragraph 6) (requirement of Article 20, paragraph 3(d))
  • Information available and in the BCH
m) Declarations regarding the framework to be used for LMOs intended for direct use as food or feed, or for processing (Article 11, paragraph 6)
  • Information available and in the BCH
n) Review and change of decisions regarding intentional transboundary movements of LMOs (Article 12, paragraph 1)
  • Information available but only partially available in the BCH
o) LMOs granted exemption status by each Party (Article 13, paragraph 1)
  • Information available and in the BCH
p) Cases where intentional transboundary movement may take place at the same time as the movement is notified to the Party of import (Article 13, paragraph 1)
  • Information available and in the BCH
q) Summaries of risk assessments or environmental reviews of LMOs generated by regulatory processes and relevant information regarding products thereof (Article 20, paragraph 3 (c))
  • Information available and in the BCH
127. Has your country established a mechanism for strengthening the capacity of the BCH National Focal Point to perform its administrative functions?
  • No
128. Has your country established a mechanism for the coordination among the BCH National Focal Point, the Cartagena Protocol focal point, and the competent national authority(ies) for making information available to the BCH?
  • No
129. Does your country use the information available in the BCH in its decision making processes on LMOs?
  • No
130. Has your country experienced difficulties accessing or using the BCH?
This question is relevant to indicator 4.1.8 of the Strategic Plan
  • No
131. Is the information submitted by your country to the BCH complete and up-to date?
  • Yes
132. Please indicate the number of regional, national and international events organized in relation to biosafety (e.g. seminars, workshops, press conferences, educational events, etc.,) in the last 2 years:
This question is relevant to indicator 4.3.1 of the Strategic Plan
  • 5 or more
133. Please indicate the number of biosafety related publications that has been made available in your country in the last year:
This question is relevant to indicator 4.3.2 of the Strategic Plan
  • 10 or more
134. If biosafety related publications were made available (see question above), please indicate which modalities were preferred:
This question is relevant to indicator 4.3.2 of the Strategic Plan
  • participation du Point Focal à la MOP7à Séoul en Corée du Sud du 26 septembre au 03 octobre 2014
135. Here you may provide further details on the implementation of Article 20 in your country
FR
[ SECTION II : DE LA PROCEDURE DE PRISE DE DECISION
Article 17 : L'Autorité Nationale Compétente doit s'assurer que l'importation, le transit, l'utilisation en milieu confiné, la dissémination et/ou libération ou la mise sur le marché d'un organisme génétiquement modifié ou du produit d'organismes génétiquement modifiés ne s'effectue qu'après l'obtention d'une autorisation préalable par écrit.
Article 18 : L'Autorité Nationale Compétente doit évaluer l'information présentée par le demandeur ou disponible au Centre d'Echange. Selon le cas, elle peut décider :
- de demander d'autres informations pour faciliter la prise de décision ;
- de donner suite à la demande ;
- de donner suite à la demande mais uniquement dans les conditions qu'elle aura déterminées ; ou
- de ne pas donner une suite à la demande.
Article 19 : L'Autorité Nationale Compétente doit notifier au demandeur par écrit et informer le public des décisions prises, avec ampliation au Centre d'Echange dans un délai minimum de quatre vingt dix (90) jours à compter de la date de la réception de la demande.
Article 20 : L'Autorité Nationale Compétente peut, avant de prendre une décision, exiger d'autres  informations qu'elle jugera nécessaires. Tout demandeur qui ne communiquera pas les informations additionnelles requises sera considéré comme ayant retiré sa demande.
Article 21 : Toute autorisation doit spécifier les étapes successives de la mise en œuvre de la procédure de décision et indiquer que les risques doivent être évalués à chaque étape.
Cependant, si l'Autorité Nationale Compétente considère qu'il n'y a pas de risques significatifs pour la santé humaine et animale, la diversité biologique ou l'environnement, elle peut se contenter d'une procédure simplifiée.
Article 22 : La procédure simplifiée permet à la partie importatrice, sous réserve que des mesures adéquates soient appliquées pour assurer le mouvement transfrontière intentionnel sans danger d'organismes vivants modifiés conformément à l'objectif du protocole, de spécifier à l'avance au Centre d'Echange pour la prévention des risques biotechnologiques : 
a) les cas où un mouvement transfrontalier intentionnel dont elle est la destination peut avoir lieu au moment même où le mouvement lui est notifié ;
b) les importations d'organismes vivants modifiés exemptés de la procédure d'accord préalable en connaissance de cause.
Les notifications visées en alinéa a) ci-dessus peuvent valoir pour des mouvements similaires ultérieurs à destination de la même Partie.
Article 21 – Confidential information
136. Has your country established procedures to protect confidential information received under the Protocol?
  • Yes
137. Does your country allow the notifier to identify information that is to be treated as confidential?
  • Yes, always
138. Here you may provide further details on the implementation of Article 21 in your country
FR
CHAPITRE VIII : DES RENSEIGNEMENTS COMMERCIAUX CONFIDENTIELS 
Article 48: L'Autorité Nationale Compétente doit assurer la protection des informations qu'elle estime confidentielles après qu'une requête écrite pour confidentialité ait été déposée par le demandeur. 
Article 49 : les informations ci-après communiquées par le demandeur ne doivent en aucun cas être tenues pour confidentielles :
- la description des organismes génétiquement modifiés ou des produits dérivés des organismes génétiquement modifiés, les noms et adresses du demandeur, le but et le lieu de l'importation, du transit, de l'utilisation en milieu confiné, de la dissémination et/ou libération ou de la mise sur le marché de l'organisme  génétiquement modifié ou du produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés;
- les méthodes et les plans de contrôle de l'organisme génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié et pour les mesures d'urgence à prendre ; et
- l'évaluation des effets possibles, notamment tout effet pathogène et/ou pouvant provoquer des perturbations écologiques.
Article 50 : L'Autorité Nationale Compétente peut, après avoir avisé le demandeur, décider que certaines informations énoncées aux articles 10 et 11 conformément aux dispositions prévues à l'article 12, malgré leur nature confidentielle, soient portées à la connaissance du public, et ce, dans l'intérêt général.
L'Autorité Nationale Compétente veillera à consulter les auteurs des notifications et à réviser les décisions en cas de désaccord sur la confidentialité des informations.
Article 51 : Si pour quelque raison que ce soit le demandeur retire sa demande avant l'obtention de  l'autorisation, l'Autorité Nationale Compétente doit respecter le caractère confidentiel des informations fournies sauf en ce qui concerne celles mentionnées aux alinéas 2 et 3 de l'article 49.
Article 52 : Toute personne accomplissant l'une des activités quelconque stipulées dans la présente loi doit communiquer les informations nécessaires à l'Autorité Nationale Compétente pour qu'elle puisse effectuer les tâches de supervision, de contrôle ou de mise en application, ou de prendre les mesures d'urgence relatives à ladite activité ; le demandeur ne doit pas requérir la confidentialité des informations communiquées.
Article 22 – Capacity-building
139. Does your country have predictable and reliable funding for building capacity for the effective implementation of the Protocol?
This question is relevant to indicator 1.2.6 and 3.1.8 of the Strategic Plan
  • Yes
140. Has your country received external support or benefited from collaborative activities with other Parties in the development and/or strengthening of human resources and institutional capacities in biosafety?
  • Yes
141. If you answered Yes to question 140, how were these resources made available?
  • Bilateral channels
142. Has your country provided support to other Parties in the development and/or strengthening of human resources and institutional capacities in biosafety?
  • Yes
143. If you answered Yes to question 142, how were these resources made available?
  • Bilateral channels
144. Has your country ever initiated a process to access GEF funds for building capacity in biosafety?
  • Yes
145. If you answered Yes to question 144, how would you characterize the process?
Please add further details about your experience in accessing GEF funds under question 157.
  • Very difficult
146. Has your country ever received funding from the GEF for building capacity in biosafety?
  • Development of national biosafety frameworks
  • Building Capacity for Effective Participation in the BCH (Phase I)
  • Building Capacity for Effective Participation in the BCH (Phase II)
147. During the current reporting period, has your country undertaken activities for the development and/or strengthening of human resources and institutional capacities in biosafety?
  • No
149. During the current reporting period, has your country carried out a capacity-building needs assessment?
This question is relevant to indicator 1.2.1 of the Strategic Plan
  • Yes
150. If you answered Yes to question 149, has this information been submitted to the BCH?
This question is relevant to indicator 1.2.1 of the Strategic Plan
  • No
151. Does your country still have capacity-building needs?
This question is relevant to indicator 1.2.7 of the Strategic Plan
  • Yes
152. If you answered Yes to question 151, indicate which of the following areas still need capacity-building.
  • Institutional capacity
  • Human resources capacity development and training
  • Risk assessment and other scientific and technical expertise
  • Risk management
  • Public awareness, participation and education in biosafety
  • Information exchange and data management including participation in the Biosafety Clearing-House
  • Scientific, technical and institutional collaboration at subregional, regional and international levels
  • Identification of LMOs, including their detection
  • Socio-economic considerations
  • Implementation of the documentation requirements under Article 18.2 of the Protocol
  • Handling of confidential information
  • Measures to address unintentional and/or illegal transboundary movements of LMOs
  • Scientific biosafety research relating to LMOs
  • Taking into account risks to human health
  • Mise à jour des données du pays sur le site du BCH
153. Has your country developed a capacity-building strategy or action plan?
This question is relevant to indicator 1.2.2 of the Strategic Plan
  • Yes
154. Does your country have in place a functional national mechanism for coordinating biosafety capacity-building initiatives?
This question is relevant to indicator 1.2.4 of the Strategic Plan
  • No
155. How many biosafety short-term training programmes and/or academic courses are offered annually in your country?
This question is relevant to indicator 1.2.3 of the Strategic Plan
  • 1 per year or more
156. Has your country submitted the details of national biosafety experts to the Roster of Experts in the BCH?
  • Yes
157. Here you may provide further details on the implementation of Article 22 in your country, including further details about your experience in accessing GEF funds
FR
Dans le Cadre du Programme Régional de Biosécurité (PRB-UEMOA), plusieurs formations ont été organisées sur différentes thématiques déjà signalées dans le présent rapport. Il s'agit de formation des formateurs. Aussi, le PRB-UEMOA a signé une Convention avec les 08 pays membres pour l'organisation d'ateliers d'information et de sensibilisation de l'ensemble des acteurs cibles en 2012 et 2015
Le NEPAD à travers l'ABNE aussi a organisé un atelier de formation des Cotonculteurs du Mali et des membres du comité National de Biosécurité en 2013
l'USAID à travers le projet OBAMA, a organisé des ateliers pour l'élaboration et l'organisation d'ateliers de validation des textes réglementaires avec les membres du Comité National de Biosécurité, des Organisation Paysannes et de la Société Civile en 2014. Les rapports de ces différents sessions de formations sont disponibles.
Concernant le processus d'optention du fonds du FEM, l'envoi des fiches de demande d'obtention des en Anglais constitue la seule contrainte majeure qui se pose. Il faut plusieurs échanges avec le gestionnaire du fonds au niveau du FEM pour comprendre le travail demandé. Cette situation fait que beaucoup de Points Focaux francophones perdent souvent le financement avant l'échéance, car les délais sont déjà expirés avant qu'ils ne comprenent le contenue de la demande
Article 23 – Public awareness and participation
158. Has your country established a strategy or put in place legislation for promoting and facilitating public awareness, education and participation concerning the safe transfer, handling and use of LMOs?
  • Yes
159. Has your country designed and/or implemented an outreach/communication strategy on biosafety?
This question is relevant to indicator 5.3.2 of the Strategic Plan
  • No
160. Does your country have any awareness and outreach programmes on biosafety?
This question is relevant to indicator 5.3.1 of the Strategic Plan
  • No
162. Has your country established a biosafety website searchable archives, national resource centres or sections in existing national libraries dedicated to biosafety educational materials?
This question is relevant to indicators 2.5.3 and 5.3.3 of the Strategic Plan
  • No
163. How many collaborative initiatives (including joint activities) on the Cartagena Protocol and other Conventions and processes has your government established in the last 4 years?
This question is relevant to indicator 5.2.1 of the Strategic Plan
  • One or more
164. Has your country established a mechanism to ensure public access to information on living modified organisms that may be imported?
  • No
165. Has your country established a mechanism to consult the public in the decision-making process regarding LMOs?
This question is relevant to indicator 2.5.1 of the Strategic Plan
  • Yes
167. Has your country informed the public about existing modalities for public participation in the decision-making process regarding living modified organisms?
This question is relevant to indicator 2.5.2 of the Strategic Plan
  • Yes
168. If you answered Yes to question 167, please indicate the modalities used to inform the public:
This question is relevant to indicator 2.5.2 of the Strategic Plan
  • Newspaper
  • Forums
  • Public hearings
169. If you indicated more than one modality for public participation in question 168, which one was most used?
This question is relevant to indicator 2.5.2 of the Strategic Plan
  • Newspaper
170. Has your country taken any initiative to inform its public about the means of public access to the Biosafety Clearing-House?
  • Yes
171. How many academic institutions in your country are offering biosafety education and training courses and programmes?
This question is relevant to indicator 2.7.1 of the Strategic Plan
  • None
172. Please indicate the number of educational materials and/or online modules on biosafety that are available and accessible to the public in your country:
This question is relevant to indicators 2.7.2 and 5.3.4 of the Strategic Plan
  • None
173. In the current reporting period, has your country promoted and facilitated public awareness, education and participation concerning the safe transfer, handling and use of LMOs?
  • Yes
174. If you answered Yes to question 173, has your country cooperated with other States and international bodies?
  • Yes
175. In the current reporting period, how many times has your country consulted the public in the decision-making process regarding LMOs and made the results of such decisions available to the public?
  • Never
176. Here you may provide further details on the implementation of Article 23 in your country
FR
Dans le cadre du Programme Régional de Biosécurité (PRB-UEMOA), un avant projet de Reglement Communautaire sur la prévention des risques a été validé et enrichie par les experts des 08 pays et par les Ministres Sectoriels. Le mercredi 16 décembre 2015, l'Assemblée Nationale du Mali a ratifié le Protocole Additionnel de Nagoya Kuala-Lupur. Et aussi, du 14 au 19 décembre 2015, 20 Techniciens de laboratoire de Biosécurité des 08 pays de l'UEMOA ont été formés sur l'identification et la détection des OVM. Enfin, la convention signée entre l'UEMOA et les 08 pays membres prévoit des sessions de formation, information, éducation et sensibilisation du grand public sur les OVM.                                                                   
Article 24 – Non-Parties
177. Has your country entered into any bilateral, regional, or multilateral agreement with non-Parties regarding transboundary movements of LMOs?
  • No
178. Has your country ever imported LMOs from a non-Party?
  • No
179. Has your country ever exported LMOs to a non-Party?
  • No
183. Here you may provide further details on the implementation of Article 24 in your country:
FR
Le Mali entretien une collaboration de partenariat avec certains Pays non Parties, en locurrence l'Université du Michigan dans le domaine du renforcement des capacités.
A l'initiative de l'ABNE-NEPAD basé au Burkina Faso en partenariat avec le Consortium Malaria Target, du 20 au 28 février 2015, un voyage d'étude portant sur la visite d'Infrastructures de Moustiques Génétiquement Modifiés (MGM) a été organisé à l'intention de régulateurs en biosécurité et des spécialistes du domaine de trois pays africains : Mali, Burkina Faso et Kenya à Washington, DC USA, Les visite ont porté sur l'Institute for Bioscience and Biotechnology Research (IBBR) à l'Université de Maryland, qui dispose d'un laboratoire où les différentes espèces de Moustiques vecteurs de maladies sont Génétiquement Modifiées pour réduire leur capacité de transmettre des maladies telle que le Paludisme et la Dengue. Cet institut a deux insectariums où les œufs de moustiques sont élevés jusqu'au stade adulte. Des mesures de confinement ont été mise en place pour éviter que ces insectes ne s'échappent de l'insectarium et se retrouver dans la nature. En second lieu, la mission a visité le Fralin Biotechnology Center de Virginia Polytechnic Institute and State College, Virginia. Dans ce centre, les participants ont visité l'insectarium d'élevage des insectes ainsi que le laboratoire où a lieu la transformation génétique. Des explications ont été données aux participants sur les mesures de confinement des insectes. En fin, la mission a rencontré et échangée avec the US Food and Drug Administration (US-FDA) qui est l'agence fédérale des USA en charge de la régulation concernant les aliments et médicaments. A ce niveau, les participants ont eu droit à un exposé sur la réglementation de la recherche sur les produits cités et sur les OGM. US-FDA a développé un système de communication qui permet de recueillir l'avis du public sur les décisions qu'il rende en toute indépendance. Ces trois pays envisagent le démarrage des essais en milieu confiné sur l'élevage des moustiques dans un premier temps, avant de commencer plus tard les essais sur les Moustiques Génétiquement Modifiés. Les trois pays pays ont tous reçu des financement pour la construction de laboratoire de confinement. Et l'Autorité Compétente du Mali a déjà donné son autorisation pour le démarrage de l'élevage des Moustiques males et femelles non génétiquement modifiés]
Article 25 – Illegal transboundary movements
184. Has your country adopted domestic measures aimed at preventing and/or penalizing transboundary movements of LMOs carried out in contravention of its domestic measures to implement this Protocol?
  • Yes, to some extent
Here you may provide further details
FR
voir Article 22 de la procédure de prise de Décision, Chap IX sur l'Exportation (Articles 53, 54, 55, 56); Chap XI sur les Infraction et les Sanction (Article 71) et enfin Chap XIV sur les Dispositions Finales (Aticle 76)
185. Has your country established a strategy for detecting illegal transboundary movements of LMOs?
  • No
186. In the current reporting period, how many times has your country received information concerning cases of illegal transboundary movements of an LMO to or from territories under its jurisdiction?
If you replied Never to question 186 please go to question 191
  • Less than 5
187. If your country received information concerning cases of illegal transboundary movements of an LMO in the current reporting period, has your country informed the BCH and the other Party(ies) involved?
This question is relevant to indicators 3.1.5 of the Strategic Plan
  • No
188. If your country received information concerning cases of illegal transboundary movements of an LMO in the current reporting period, has your country established the origin of the LMO(s)?
  • Yes
189. If your country received information concerning cases of illegal transboundary movements of an LMO in the current reporting period, has your country established the nature of the LMO(s)?
  • No
190. If your country received information concerning cases of illegal transboundary movements of an LMO in the current reporting period, has your country established the circumstances of the illegal transboundary movement(s)?
  • No
191. Here you may provide further details on the implementation of Article 25 in your country
FR
Article 22 : La procédure simplifiée permet à la partie importatrice, sous réserve que des mesures adéquates soient appliquées pour assurer le mouvement transfrontière intentionnel sans danger d'organismes vivants modifiés conformément à l'objectif du protocole, de spécifier à l'avance au Centre d'Echange pour la prévention des risques biotechnologiques : 
a) les cas où un mouvement transfrontalier intentionnel dont elle est la destination peut avoir lieu au moment même où le mouvement lui est notifié ;
b) les importations d'organismes vivants modifiés exemptés de la procédure d'accord préalable en connaissance de cause.
Les notifications visées en alinéa a) ci-dessus peuvent valoir pour des mouvements similaires ultérieurs à destination de la même Partie.
[  CHAPITRE IX : DE L'EXPORTATION
Article 53 : Toute personne désireuse d'exporter un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié doit déposer auprès de l'Autorité Nationale Compétente l'accord préalable donné en connaissance de cause délivré par écrit par l'Autorité Nationale Compétente du pays importateur.
Article 54 : La présentation de l'accord préalable donné en connaissance de cause par l'exportateur ne dispense pas ce dernier de respecter les autres lois régissant le commerce extérieur.
Article 55 : La présentation de l'accord préalable donné en connaissance de cause ne doit pas empêcher le pays exportateur de prendre en compte les autres aspects dans sa prise de décision sur l'autorisation ou non d'exporter.
Article 56 : Aucune autorisation ne doit être délivrée pour la réexportation d'un organisme  génétiquement modifié ou du produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié qui a déjà été interdit par les lois du pays exportateur.  
Au niveau des Infractions et Sanction, on peut retenir, l'Article:
Article 71 : Dans tous les cas d'infraction en matière de biosécurité, la confiscation des organismes génétiquement modifiés ou des produits dérivés des organismes génétiquement modifiés sera ordonnée. L'auteur du mouvement transfrontière illicite éliminera à ses propres frais les organismes génétiquement modifiés ayant fait l'objet du mouvement illicite par destruction ou rapatriement.
Enfin au Niveau Chap XIV :des Dispositions Finales, on peut retenir l'Article:                                                 Article 76: Concernant les mouvements transfrontières, le Gouvernement du Mali peut conclure des accords et arrangements bilatéraux avec d'autres Etats, Parties ou non en ce qu'ils n'ont rien de contraire avec l'objectif de la présente loi.
Il a été signalé un mouvement transfrontalier du Coton Bt à la frontière entre le Burkina Faso et le Mali. Dans le cadre des activités retenues par la convention de l'UEMOA et les Gouvernements des pays membres, il est prévu une étude sur l'état des lieux de la présence des OVM dans les différents pays de l'espace.
Article 26 – Socio-economic considerations
192. Does your country have any specific approaches or requirements that facilitate how socio-economic considerations should be taken into account in LMO decision making?
This question is relevant to indicator 1.7.2 of the Strategic Plan
  • Yes
193. If your country has taken a decision on import, has it ever taken into account socio-economic considerations arising from the impact of the LMO on the conservation and sustainable use of biological diversity?
  • No
194. How many peer-reviewed published materials has your country used for the purpose of elaborating or determining national actions with regard to socio-economic considerations?
This question is relevant to indicator 1.7.1 of the Strategic Plan
  • None
195. What is your country's experience, if any, in taking socio-economic considerations into account in LMO decision making? Please give details:
This question is relevant to indicator 1.7.3 of the Strategic Plan
FR
[ SECTION II : DE LA PROCEDURE DE PRISE DE DECISION  portant sur l'Article 26 et ses alinéas :Une autorisation ne peut être délivrée que si l'Autorité Nationale Compétente estime ou décide que l'importation, le transit, l'utilisation en milieu confiné, la dissémination/libération ou la mise sur le marché de l'organisme génétiquement modifié ou d'un produit dérivé d'organismes génétiquement modifiés doit :
- bénéficier au pays sans causer de risques ou risques majeurs à la santé humaine, la diversité biologique et l'environnement en général ;
- contribuer au développement durable ;
- ne doit pas avoir d'impacts socio-économiques négatifs; et
- respecter les valeurs éthiques et tenir compte des préoccupations des communautés et ne doit pas nuire au savoir et aux technologies de ces communautés.]
196. Has your country cooperated with other Parties on research and information exchange on any socio-economic impacts of LMOs?
  • No
Article 27 – Liability and Redress
198. Has your country ratified or acceded to the Nagoya-Kuala Lumpur Supplementary Protocol on Liability and Redress?
  • Yes
200. Has your country received any financial and/or technical assistance for capacity-building in the area of liability and redress relating to living modified organisms?
This question is relevant to indicator 2.4.1 of the Strategic Plan
  • No
201. Does your country have administrative or legal instrument that provide for response measures for damage to biodiversity resulting from living modified organisms?
This question is relevant to indicators 1.5.2 and 2.4.2 of the Strategic Plan
  • Yes
202. Here you may provide further details on any activities undertaken in your country towards the implementation of the Nagoya-Kuala Lumpur Supplementary Protocol on Liability and Redress
FR
CHAPITRE  X : DE LA RESPONSABILITE ET DE LA REPARATION
Article 57 : Toute personne qui importe, fait transiter, utilise en milieu confiné, dissémine et/ou libère ou met sur le marché un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié est tenue entièrement responsable de tous les dommages causés par ledit  organisme génétiquement modifié ou produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié. Ces dommages  doivent être entièrement réparés.
Article 58 : La responsabilité doit incomber à la personne qui a mené l'activité ayant provoqué le dommage et causé le préjudice ou la perte, ainsi qu'au fournisseur, au distributeur et ou dépositaire ou au développeur et au producteur de l'organisme génétiquement modifié ou des produits dérivés des organismes génétiquement modifiés.
Article 59 : S'il existe plus d'une personne responsable du dommage, du préjudice ou de la perte,  les personnes concernées sont alors solidairement et conjointement responsables.
Article 60 : En cas de dommage sur l'environnement et la diversité biologique par un organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié, le montant de la compensation doit intégrer les coûts des mesures de rétablissement, de réhabilitation ou d'assainissement qui ont été réellement engagés et, le cas échéant, les coûts liés aux mesures préventives.
Article 61 : Les dommages causés aux ressources génétiques des communautés suite au transfert, à l'utilisation, à la manipulation des organismes génétiquement modifiés et produits dérivés d'organismes génétiquement modifiés et leur utilisation dans la biotechnologie, feront l'objet de réparation au profit des communautés.
Article 62 : En cas de dommage pour la santé humaine, les compensations comprennent :
- tous les frais nécessaires pour obtenir le traitement médical requis et approprié ;
- le montant des indemnités d'invalidité, de diminution de qualité de vie et le total des frais encourus pour rétablir, dans la mesure du possible, la qualité de vie dont jouissait la personne avant qu'elle n'ait subi les dommages ;
- le montant du capital décès et l'ensemble des frais encourus pour les obsèques ;
Article 63 : La responsabilité et la réparation s'étendront aussi aux considérations socioéconomiques :
- les nuisances et les dommages causés directement ou indirectement par l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié à l'économie ;
- les conditions sociales et culturelles, notamment les effets négatifs sur les modes de vie, les connaissances ou technologies traditionnelles d'une ou de plusieurs communautés ;
- les dommages et pertes causés par des troubles publics suscités par l'organisme génétiquement modifié ou le produit d'un organisme génétiquement modifié ;
- la destruction totale ou partielle des systèmes de production industrielle ou agricole, la perte de récoltes, la contamination des sols ;

- les dommages causés à la diversité biologique, à l'économie d'une région et tout autre dommage et  intérêts indirects.

Article 64 : En cas de dommage provoqué par un organisme génétiquement modifié ou par le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié, le droit d'intenter une action en justice ne pourra être prescrit qu'après un délai de 10 ans à partir de la prise de conscience du dommage par la personne ou par la communauté affectée, en tenant compte des éléments suivants:

- le temps nécessaire à la manifestation du dommage ; et

- le temps nécessaire pour faire le lien entre le dommage et l'organisme génétiquement modifié ou le produit dérivé d'un organisme génétiquement modifié, en tenant compte de la situation de la ou des personnes ou de la communauté ou des communautés affectée (s), ou des circonstances dans lesquelles elles se trouvent.

Article 65 : Toute personne, tout groupe de personnes, toute organisation publique ou privée peut être autorisée à déposer une plainte ou une requête pour demander réparation d'une violation ou d'une menace de violation d'une des dispositions de la présente loi, notamment les dispositions relatives aux dommages sur la santé humaine, la diversité biologique et l'environnement en général, ou sur les conditions socio-économiques :
  
- dans l'intérêt de cette personne ou du groupe de personnes ;

- dans l'intérêt ou au nom d'une personne qui est, pour des raisons pratiques, incapable d'introduire une telle procédure ;

- dans l'intérêt ou au nom d'un groupe ou classe de personnes dont les intérêts sont attaqués ;

- dans l'intérêt général du public ; et

- dans l'intérêt de la protection de l'environnement ou de la diversité biologique.

Article 66 : Aucun frais ne doit être imputé à l'une des personnes ci-dessus mentionnées qui manque  d'intenter une des actions ci-dessus visées si ces actions ne tiennent pas compte de l'intérêt public ou de la protection de la santé humaine, de la diversité biologique et de l'environnement en général.
Article 28 – Financial Mechanism and Resources
203. How much additional funding (in the equivalent of US dollars) has your country mobilized in the last four years to support implementation of the Biosafety Protocol, beyond the regular national budgetary allocation?
This question is relevant to indicator 1.2.5 of the Strategic Plan
  • 1,000,000 USD or more
Article 33 – Monitoring and reporting
204. Does your country have in place a monitoring and/or an enforcement system for the implementation of the Cartagena Protocol?
This question is relevant to indicator 3.1.6 of the Strategic Plan
a) Monitoring system:
  • Yes
b) Enforcement system:
  • Yes
205. Has your country submitted all the previous due National Reports?
  • No
206. If you answered No to question 205, indicate the main challenges that hindered the submission:
  • la demande de soummission pour financement, ainsi que les documents en Anglais soumis aux pays francophones mettent les Points Focaux dans une situation qui fait qu'ils leur prend trop de temps pour comprendre et remplir les tableaux qui doivent être soumis au siége du FEM à Nairobi. La preuve est que même pour le présent rapport, le retard accusée est dans la transmission du troisième rapport est dû à cette situation]
Other information
184. Please use this field to provide any other information on issues related to national implementation of the Protocol, including any obstacles or impediments encountered.
FR
Pour une meilleure application du Protocole de Cartagena dans faut commencer par la création d'une Structure avec Autonomie de Gestion qui ne s'occupe que tu traitement des aspects liés au Protocole.
Cette situation va permettre au Point Focal de consacrer tout son temps et son énergie à l'état d'avancement du Protocole dans le pays. Aussi, la personne n'aura pour interlocuteur que le Ministre de tutelle auquel il doit rendre compte avec les responsables des différents organes de fonctionnement qui seront mis en place.
Déjà, le Mali est sur cette voie depuis la validation du projet de règlement communautaire de l'UEMOA par les Ministres Sectoriels des états membres. Le Ministre qui a représenté le Gouvernement du Mali a compris la nécessité de la création d'une Agence Nationale de Biosécurité à l'image du Burkina Faso.
Aussi, depuis la mise à disposition de ce projet de règlement communautaire, il a été demandé à tous les pays membres de procéder à une relecture et ou un alignement de leurs textes législatifs et règlementaires sur celui de l'espace UEMOA, CILSS et CEDEAO.
Enfin l'adoption du Protocole Additionnel de Nagoya Kuala-Lumpur sur la Responsabilité et la Réparation a été adopté par le Gouvernement le 04 septembre 2015 et le mercredi 16 décembre 2015, l'Assemblée Nationale du Mali a ratifié ledit Protocole Additionnel.
Ces deux facteurs (le projet de reglement communautaire de l'espace UEMOA et la ratification du Protocole Addtionnel de Nagoya Kuala-Lumpur font obligation au Mali de procéder à une relecture et alignement de ses textes sur ces points. Il est prévu de prendre en compte lors de ce excercice, la création de structure autonome de gestion de la Biotechnologie au Mali]
Comments on reporting format
185. Please use this field to provide any other information on difficulties that you have encountered in filling in this report
FR
Le seule contrainte majeure avec format du rapport, est que lorsque du mets le maximum d'information, la partie cachée par le champs ne pas plus faire l'objet de correction. En dehors de cette situation, il faut remplir le rapport en fonction des informations disponibles et des réalités de terrain.