| | english | español | français |
  Home|The BCH|Biosafety Clearing-House News|News   Printer-friendly version

News

Côte d'IvoireCôte d'Ivoire - Troisième atelier national du projet BCH III
Ont pris part à cet atelier, une quinzaine de personnes représentant les services de l’Etat, les instituts de recherche et le milieu académique en Côte d’Ivoire ci-après :
 le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP),
 le Ministère du Commerce et de l’Industrie,
 le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS),
 le Ministère de l’Assainissement et de la Salubrité (MINASS) ;
 la Convention sur la Diversité Biologique (CDB),
 le Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS),
 l’Université Péléforo Gon Coulibaly (UPGC) de Korhogo,
 l’Université Jean-Lorougnon Guédé (UJLoG) de Daloa,
 le Centre National de Floristique de l’Université Félix Houphouët-Boigny (CNF/UFHB),
 le Centre National de Recherche Agronomique (CNRA),
 la Société de Développement des Forêts (SODEFOR),
 la Chambre Nationale d’Agriculture de Côte d’Ivoire (CNA-CI),
 le Programme Ouest-Africain de Virologie et d’Epidémiologie (WAVE),
 l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI) ;
 le Système d’Information Environnementale et Géographique (SIEG).

La cérémonie d’ouverture a été meublée par deux allocutions simultanées. Monsieur KONE Augustin, Point Focal National du Protocole de Cartagena et du CEPRB/BCH, a été le premier à prendre la parole. Il a prononcé le mot de bienvenue aux participants et a ensuite fait le résumé des deux précédents ateliers réalisés avant de donner un aperçu des attentes de ce 3ème atelier.

Par la suite, Dr Jeanne N’TAIN, Point Focal National de la Convention sur la Diversité Biologique et représentant Monsieur le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, a fidèlement transmis à l’auditoire le mot du Ministre tout en rappelant les objectifs de l’atelier et les résultats attendus.

Dr NTAIN a tenu à rappeler aux participants, au regard de la qualité du BCH en tant qu’outil de collecte et de recherche d’information, la nécessité d’un renforcement des capacités en vue de permettre au pays de disposer d’une masse critique d’acteurs prompts à assurer une manipulation et une utilisation plus sûres des Organismes Vivants Modifiés, aux fins d’une conservation globale de la biodiversité. Elle a ensuite ouvert l'atelier.

La séance introductive a pris fin par un tour de table durant lequel tous les participants à cet atelier ont été invités à se présenter et à exprimer leurs attentes.